A Zeno Media Station

John Lewis, élu démocrate et compagnon de lutte de Martin Luther King, est décédé. Il avait 80 ans.

John Lewis, élu démocrate et compagnon de lutte de Martin Luther King, est décédé. Il avait 80 ans.

Des hommages unanimes pour un élu emblématique. Le démocrate John Lewis, défenseur des droits civiques et compagnon de lutte de Martin Luther King, est décédé vendredi à l’âge de 80 ans. L’élu de Géorgie était atteint d’un cancer du pancréas, il avait annoncé le diagnostic à la toute fin de l’année dernière. En juin dernier, il s’était ému face aux multiples manifestations contre le racisme et les violences policières aux États-Unis : «C’était très émouvant, très émouvant de voir des centaines de milliers de personnes à travers le pays et le monde descendre dans les rues, pour s’exprimer, s’attirer dans ce que j’appelle les “bons problèmes”. […] C’est tellement plus massif et inclusif», avait-il dit du mouvement Black Lives Matter, interrogé par CBS. «Il n’y aura pas de retour en arrière», avait-il alors prédit. Il avait évoqué la mort de George Floyd, filmée, élément déclencheur de ces protestations massives : «C’était tellement douloureux, j’en ai pleuré. Les gens comprennent maintenant quelle était la lutte. C’est un pas de plus sur le chemin très, très long vers la liberté, la justice pour toute l’humanité.»

En 1963, ce fils de métayers de Géorgie, qui s’était lancé deux ans avant dans la lutte pour les droits civiques, avait aidé Martin Luther King à organiser la grande marche de Washington, au cours de laquelle il avait prononcé son fameux discours «J’ai fait un rêve». Martin Luther King III, le fils du révérand, a rendu un hommage appuyé à l’élu démocrate : «John Lewis était un trésor américain. Il a donné une voix à ceux qui n’en avaient pas et il nous a tous rappelé que l’outil non-violent le plus puissant est de voter. Nos coeurs semblent vides sans notre ami, mais nous sommes réconfortés en sachant qu’il est enfin libre.» «Vous avez, en effet, mené le bon combat et vous êtes attiré beaucoup de bons problèmes. Vous avez bien servi Dieu et l’humanité. Merci. Reposez-vous», a écrit Berenice King, la fille de «MLK».

La présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi elle aussi rendu hommage à John Lewis, saluant «un titan du mouvement pour les droits civiques dont la bonté, la foi et le courage ont transformé notre nation» : «Chaque jour de sa vie a été dédié à un combat pour la liberté et la justice pour tous». «John Lewis était un géant. Une légende des droits civiques. Un leader dans les couloirs du Congrès. Et une voix morale pour toute la nation. Avoir eu l’opportunité de servir à ses côtés a été un des grands honneurs de ma vie», a écrit Ilhan Omar, élue du Minnesota. «Il n’a jamais perdu sa joie juvénile ni sa passion pour la démocratie. Elle était si contagieuse et a nourri tous ceux qui l’ont connu et aimé», a poursuivi la démocrate, publiant des photos d’eux ensemble. 

Arrêté 40 fois en six ans avant d’être élu au Congrès

Après des années de militantisme très actif -il a été arrêté par la police 40 fois entre 1960 et 1966 lors de manifestations, des interpellations qu’il avait surnommées les «bons problèmes»-, John Lewis a été élu par les électeurs de Géorgie à la Chambre des représentants, un siège qu’il a conservé jusqu’à son décès et où il est devenu un élu majeur, . En 2016, il avait incité les élus démocrates à participer à un sit-in au sein de la Chambre des représentants, demandant le vote d’une loi sur le droit au port d’armes après la fusillade qui avait fait 49 morts dans une boîte de nuit d’Orlando, en Floride. Mais les élus républicains, majoritaires, avaient refusé tout texte en ce sens.

Le mois dernier, une pétition en ligne a été créée pour donner son nom au pont Edmund Pettus, situé à Selma (Alabama), sur lequel il avait eu le crâne fracturé à la matraque par un policier lors d’une manifestation pour les droits civiques. Le pont porte le nom d’un élu de l’État, ancien officier supérieur des États confédérés et «grand dragon» du Ku Klux Klan. La pétition lancée par un militant démocrate a réuni plus de 380 000 signatures.

Aucun hommage de Trump

Le président français Emmanuel Macron, qui l’avait rencontré lors de sa visite aux États-Unis au printemps 2018, lui a rendu hommage sur Twitter : «Une vie de combat pour les droits civiques. Une vie à être de toutes les belles luttes, à se battre pour un monde plus juste. Tant de progrès ont été conquis grâce à lui. John Lewis était un héros», a-t-il écrit, partageant un portrait de l’octogénaire et une image les montrant pendant une accolade. 

John Lewis, qui estimait l’élection de Donald Trump faussée en raison des soupçons d’ingérence russe, avait refusé d’assister à son investiture en janvier 2017. Le milliardaire n’avait pas du tout apprécié : «John Lewis devrait passer plus de temps à réparer et aider sa circonscription, qui est dans un état horrible et se décrépit (sans oublier qu’elle est infestée par la criminalité) plutôt que de se plaindre à tort des résultats de l’élection. Que des mots, des mots, des mots – aucune action ou résultat. Triste!», avait-il tweeté. Très actif sur son réseau social préféré vendredi soir, le président américain n’a pas eu un mot pour saluer la mémoire de John Lewis.

Son prédécesseur Barack Obama, qui avait attribué en 2011 la Médaille de la Liberté à John Lewis, a lui publié un long hommage : «Il aimait tant ce pays qu’il a risqué sa vie et son sang pour qu’il puisse délivrer ses promesses. À travers les décennies, il ne s’est pas seulement dévoué à la cause de la liberté et de la justice, mais il a aussi inspiré des générations qui ont essayé de suivre son exemple et d’être à sa hauteur.» «Quand j’ai été élu président des États-Unis, je l’ai pris dans mes bras sur le podium de l’investiture, avant de prêter serment, et je lui ai dit que je n’étais là que grâce aux sacrifices qu’il avait faits. Et à travers ces années, il n’a jamais cessé de nous abonder de sagesse et d’encouragement, à Michelle, notre famille et moi. Il nous manquera énormément», a écrit le 44ème président américain.

source: https://www.parismatch.com/Actu/International/L-elu-John-Lewis-compagnon-de-lutte-de-Martin-Luther-King-est-decede-1694766

0 0 voter
Évaluation de l'article
JCOM Haiti

JCOM Haiti

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x