A Zeno Media Station

Se laisser réconcilier pour mieux s’aimer

Se laisser réconcilier pour mieux s’aimer

Dans la vie de façon générale, qui dans ses parcours a vécu sans avoir eu d’une façon ou d’une autre des douleurs à l’intérieur de soi ? Qui n’a jamais eu l’envie de se faire soigner, de pouvoir se procurer un peu de bien être ? Qui a vécu sans avoir été amèrement en colère et restant fâché avec soi-même ou au moins avec quelqu’un ? Qui  d’une période à une autre n’a dit plus jamais qu’on ne va se parler ? Pour tout le monde, la réponse la plus brève, la plus courte à chacune de ces questionsserait : non, personne. En ce sens, devant un tel état de vie, la question la plus pertinente à se poser : comment a-t-on fait concrètement pour se tenir bien par-dessus tout ? De même que c’est difficile de vivre longtemps sans pouvoir étancher sa soif, c’est difficile aussi de vivre longtemps avec un cœur enlacé de blessure, de haine sans savoir et pouvoir s’aimer. Beaucoup de gens très souvent, en effet, avouent qu’il y a une sorte de barrière à l’intérieur d’eux, un sentiment de ne pas être eux-mêmes totalement, vue tout ce qui les entoure ce sont des ennemis ou à force d’être déçus ne peuvent pas ou plus faire confiance à eux-mêmes, voire à d’autres personnes. La plupart du temps, plus d’un, plus tard, se tuent par la dépression, partrop de réflexions chagrinantes. Pourtant, s’ils consultaient au moins un prêtre pour partager leurs douleurs, leurs blocages intérieurs, ils comprendraient l’importance de se faire accompagner, d’apprendre à se réconcilier pour mieux s’aimer. Car, a relaté le pape saint Jean Paul II « L’amour exige la réconciliation. »

Réconciliation, ce n’est pas le monde à se charger sur le dos. Elle est un pansement spirituel pour toutes les blessures du cœur, de l’âme. Elle est un passoir qui enlève les scories de toute sorte dans la vie de l’être humain.  Elle est l’eau purifiante qui met à l’état neuf la personne qu’on est. Elle est l’agent régénérateur des forces perdues, des cas désespérés. Elle est, dans un contexteplus chrétien, le sacrement de guérison. Elle est le sacrement qui fait gouter la fraicheur ou la douceur de l’amour miséricordieux de Dieu. Ce sacrement permet à l’être humain de s’élever au niveau le plus haut que le corps physique pour vivre sa totale satisfaction. Puisque, « ce sont vos crimes qui mettent une séparation entre vous et Dieu ; ce sont vos péchés qui vous cachent sa face et l’empêchent de vous écouter »Is 59,2, la réconciliation, elle-même, c’est ce qui conduit le chrétien vers ledésir de se sentir ventilé par l’amour, la joie de témoigner son renouvellement, sa renaissance intérieure.

Pour mieux s’adapter à une bonne pratique de réconciliation, il suffit de se donner du temps pour parler à soi-même, de s’exposer à soi-même ou de se mettre à nu devant soi, de telle sorte qu’on puisse reconnaitre ses erreurs, identifier la source du blocage ou le lieu de la douleur. N’observe pas seulement la douleur subie à cause de l’autre, mais il faut voir aussi la faute commise à l’autre! Accepter la réalité telle qu’elle est, c’est de ne pas mentir à soi-même, de ne pas construire une image de ce qu’on n’est pas. En chacun de tous les êtres humains, il y a soit un Caïn qui a tué (Genèse 4, 8), soit un Juda qui a trahi(Matthieu 26, 15-16), soit un Pierre qui a renié (Marc 14, 71),soit un X ou Y qui ne sait pas ou refuse d’aimer ou de s’aimer, soit un X ou Y qui est blessé par la trahison ou le mensonged’un autre et se sent perdu dans l’inexistence de son existence, dans un état mental hors du contrôle de lui-même. Avec tous ces problèmes, il se voit, probablement, entrainer dans l’enchainement du péché, fourvoyer dans la ligne des tueurs de rêve , figer dans une situation velléitaire, croupir dans le refus d’être lui-même pour substituer le normal par l’anormal.

Il faut s’assurer, à cet effet, qu’avec n’importe quelle muraille à l’intérieur, consciemment ou inconsciemment, on crée bien pire des dégâts au détriment de son propre développement, ou de son bonheur. Il y a, à ce moment, trois (3) contradictions misesen éveil à l’intérieur  de soi: soi-même, l’autre ou les autres, puis Dieu ou la nature ou la création. Refuser de se libérer pour se rejoindre, il arrivera qu’on passe tout son temps à se plaindre (Psaumes 32,3). On se sent en train de porter tous les fardeauxdu monde sur le dos comme si on a une tumeur gigantesque dans la tête. Même au milieu des gens, on peut se sentir seul, méconnu, diminué par rapport aux autres. Probablement, on sent qu’il y a une plaie qui n’est pas soignée, un vide qui n’est pas comblé, une montagne à grimper. Une connaissance de soi, àchaque seconde, veut s’échapper. On se voit tout le temps à la recherche d’un lieu pour se réfugier. Pour éviter cela, on doit être assez ouvert à quelqu’un qui a la compétence d’accompagner, par exemple un psychologue, un psychanalyste ou surtout un prêtre. Pour être plus précis, il faut se laissernourrir par l’envie ou la démarche de faire l’aveu dans un confessionnal, afin de se faire absoudre ses fautes tout en recevant la bénédiction du Dieu ad vitam aeternam.  

Sachant que la peur, sous la plume de Nicole  Carré, occupe une place prépondérante dans nos vies, il est important de ne pas imaginer la réconciliation comme un retour à un début sans problème. Pouvoir laisser tomber les masques pour se révéler à soi-même, ou l’un à l’autre, ce n’est pas facile comme on dit bonjour à tout le monde chaque matin dans la famille ou à travers les rues. Mais, c’est l’opportunité de ne pas(ou plus) diresimplement tant pis, ou c’est ainsi va la vie. C’est de pouvoir aller au-delà de toute forme de peur, de colère, de frustration jusqu’à accoucher tout ennui d’incompréhension, de mésententepour régler le problème. Car, paraphrasant Marc-Aurèle, il n’y a pas un lieu de repos plus tranquille, moins troublé pour l’homme que celui qu’il trouve en son âme, en son cœur, avec les autres. 

    Dans la vie, chaque situation, peu importe sa nature, difficile ou facile, peut être saisie pour faire ou changer quelque chose pouvant aider à aller de l’avant. Pour cela, dans le processus de se laisser réconcilier pour mieux s’aimer, une fois arriver à faire l’aveu (Proverbes 28, 13), à se libérer le cœur, l’esprit, à faire tomber les masques, ou une fois pardonner (Colossiens 3,13), c’est comme si on passe dans un tunnel de long périmètre pour se trouver dans une autre rue asphaltée de joie, d’ambiance etd’amour. À ce moment-là, on commence (ou recommence) par trouver (retrouver) le sourire perdu. On peut même avoir envied’écouter de la musique au bord de la mer pendant qu’on est en train de bronzer sous le soleil, de danser un peu de compas, de latino ou autres. On se sent, profondément, prêt pour mieux prier, louer le nom de son Être Suprême.  Bref, on se sent capable de chanter l’amour dans des divers rythmes, dans des diverses langues. On veut même s’égosiller que la vie de réconciliation avec soi-même, avec les autres, avec la créationest la vie de la communion, du pardon et de la joie parfaite. Elle est plus douce que le miel. Cette douceur est, donc, celle queprocure et demande le Tout Puissant, Le Dieu le Tout Autre.


4.5 2 votes
Évaluation de l'article
Pierre Emmanuel A.

Pierre Emmanuel A.

Né à Jérémie , Haïti . Diplômé en philosophat et en théologat.
S’abonner
Notifier de
guest
2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
pivy 12
pivy 12
3 mois il y a

Bonsoir mon frère et félicitations pour votre texte.

Carmen
3 mois il y a

J’aime bien cet article. J’ai été bien édifié. Je te félicite pour tes efforts. Tiens fort afin que tu deviendras plus fort que cet homme fort que tu es aujourd’hui.

2
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x